Polémique autour d’Abercrombie et sa stratégie en Communication

L’enseigne américaine Abercrombie mondialement connue fait polémique depuis quelques jours en affichant des tailles de vêtements limitées au 38….

Beaucoup crient à la discrimination par l’apparence physique de la clientèle mais combien d’enseignes proposent-elles réellement des tailles supérieures au 42 à leurs clients? Gabrielle Marionneau Conseil ouvre le débat! (Source RTL.fr)

Alors qu’elle avait déjà catégoriquement refusé l’idée de donner ses vêtements non vendus aux organisations caritatives, la marque de vêtements Abercrombie & Fitch devrait aussi retirer de ses magasins les tailles supérieures au 38.

Abercrombie & Fitch, célèbre chaîne américaine de prêt-à-porter, manie le marketing comme personne. La  marque aime maintenir des files d’attentes devant ses magasins ou vaporiser massivement son eau de toilette pour parfumer les abords de ses enseignes. Autre coquetterie : le géant américain de l’habillement préférerait voir des gens beaux et minces dans ses magasins plutôt que des gros.

« Nous visons les gens qui présentent bien et rien d’autre »

Ce n’est donc pas un secret, la marque fait très attention à son image. L’enseigne au bikini pour fillettes et aux portiers-bellâtres torses nus ne devrait plus produire de modèles féminin supérieurs au 38selon Business Insider. D’après Robin Lewis, journaliste spécialisé sur le marché du textile et cité par le magazine économique, le patron d’Abercrombie & Fitch, Mike Jeffries, ne « souhaite plus voir de gros dans ses magasins, mais juste des gens beaux et minces« .

Côté hommes, l’enseigne continuera de vendre du XL et du XXL, ces tailles pouvant être celles d’hommes musclés, jugés « attirant » par Abercrombie. Symbole de cet intérêt pour les hommes musclés : les vendeurs eux-mêmes, travaillant souvent torse-nu, à l’intérieur comme à l’extérieur des magasins. « Nous embauchons des gens qui présentent bien. Parce que des gens qui présentent bien attirent l’attention des personnes qui présentent bien, et nous visons les gens qui présentent bien et rien d’autre », expliquait Mike Jeffries au magazine Salonen 2006.

« N’importe qui » ne peut pas porter du Abercrombie

Alors qu'elle avait déjà catégoriquement refusé l'idée de donner ses vêtements non vendus aux organisations caritatives, la marque de vêtements Abercrombie & Fitch devrait aussi retirer de ses magasins les tailles supérieures au 38. Abercrombie & Fitch, célèbre chaîne américaine de prêt-à-porter, manie le marketing comme personne. La marque aime maintenir des files d'attentes devant ses magasins ou vaporiser massivement son eau de toilette pour parfumer les abords de ses enseignes. Autre coquetterie : le géant américain de l'habillement préférerait voir des gens beaux et minces dans ses magasins plutôt que des gros. "Nous visons les gens qui présentent bien et rien d’autre" Ce n'est donc pas un secret, la marque fait très attention à son image. L'enseigne au bikini pour fillettes et aux portiers-bellâtres torses nus ne devrait plus produire de modèles féminin supérieurs au 38, selon Business Insider. D'après Robin Lewis, journaliste spécialisé sur le marché du textile et cité par le magazine économique, le patron d'Abercrombie & Fitch, Mike Jeffries, ne "souhaite plus voir de gros dans ses magasins, mais juste des gens beaux et minces". Côté hommes, l'enseigne continuera de vendre du XL et du XXL, ces tailles pouvant être celles d'hommes musclés, jugés "attirant" par Abercrombie. Symbole de cet intérêt pour les hommes musclés : les vendeurs eux-mêmes, travaillant souvent torse-nu, à l'intérieur comme à l'extérieur des magasins. "Nous embauchons des gens qui présentent bien. Parce que des gens qui présentent bien attirent l’attention des personnes qui présentent bien, et nous visons les gens qui présentent bien et rien d’autre", expliquait Mike Jeffries au magazine Salon en 2006. "N'importe qui" ne peut pas porter du Abercrombie Autre facette de cette marque qui veut absolument paraître prestigieuse : "Abercrombie & Fitch ne souhaite pas laisser penser que n’importe qui, comme une personne pauvre, peut porter ses vêtements. Seules les personnes d’une certaine stature peuvent acheter et porter le nom de notre marque", confiait l'un des managers au site Gather en novembre 2010. Conséquence : les vêtements rapportés en magasin par les clients sont immédiatement incinérés, peu importe le défaut. De nombreuses organisations caritatives ont pourtant réclamé à Abercrombie de leur donner ces vêtements usagers. Pour la firme, c'est niet. Aussi propriétaire de la marque Hollister, Abercrombie & Fitch surfe sur une image luxe et ultra-sexuée, s'inspirant largement de la jeunesse dorée californienne. Elle est néanmoins basée dans l'Ohio et vendait, à son origine (au XIXème siècle), des articles de chasse et de pêche.

Autre facette de cette marque qui veut absolument paraître prestigieuse : « Abercrombie & Fitch ne souhaite pas laisser penser que n’importe qui, comme une personne pauvre, peut porter ses vêtements. Seules les personnes d’une certaine stature peuvent acheter et porter le nom de notre marque« , confiait l’un des managers au site Gather en novembre 2010.

Conséquence : les vêtements rapportés en magasin par les clients sont immédiatement incinérés, peu importe le défaut. De nombreuses organisations caritatives ont pourtant réclamé à Abercrombie de leur donner ces vêtements usagers. Pour la firme, c’est niet.

Aussi propriétaire de la marque Hollister, Abercrombie & Fitch surfe sur une image luxe et ultra-sexuée, s’inspirant largement de la jeunesse dorée californienne. Elle est néanmoins basée dans l’Ohio et vendait, à son origine (au XIXème siècle), des articles de chasse et de pêche.

2 thoughts on “Polémique autour d’Abercrombie et sa stratégie en Communication

    1. Stéphanie Ruchaud,

      Chère Catherine,

      Avant tout, merci pour l’intérêt porté à notre article.
      Votre commentaire touche un point sensible concernant la discrimination: est ce qu’une enseigne qui choisit sa cible clients sur des critères physiques choisit également ses collaborateurs selon ces mêmes critères?
      L’apparence physique est, en effet, un critère discriminant dénoncé par la Loi mais il est très difficile de prouver que cette discrimination a lieu, faute de preuves…
      Retrouvez plus d’informations sur les critères les plus fréquents de discrimination à l’embauche sur ce lien:http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/egalite-professionnelle,117/la-protection-contre-les,12789.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *