La philosophie bouddhiste, source d’inspiration pour l’entreprise ?

bouddhaS’inspirer de la philosophie bouddhiste pour manager c’est tout à fait possible !

De plus en plus de managers l’utilisent et ces méthodes ont fait leur preuve en entreprise.

La philosophie bouddhiste est simple à appliquer au jour le jour dans le monde de l’entreprise.

Gabrielle Marionneau Conseil vous montre en 5 points clés comment manager tout en s’inspirant du bouddhisme…

 

Le bouddhisme est une philosophie positive dans ses valeurs. Elle s’applique au management car elle permet de prendre pleinement conscience  que manager avec empathie fonctionne !

Des chefs d’entreprise le disent eux-mêmes : Manager avec une «égalité d’humeur de l’âme» est un véritable atout.

De plus en plus de chefs d’entreprises disent s’inspirer de la philosophie bouddhiste pour manager.

 1. La «compassion» au sens philosophique du terme

C’est le maître-mot du bouddhisme. En entreprise, on parle d’empathie. Lorsque quelque chose ne fonctionne pas avec un collaborateur, un manager a tout intérêt à chercher à savoir ce qui ne va pas et faire en sorte d’améliorer les choses.

La compassion se pratique également par la valorisation. Ce type de management s’apparente au management positif ou management à l’américaine. Manager à l’américaine c’est partir du positif et capitaliser dessus plutôt que de ne voir que ce qu’il y a de négatif.

 2. Prendre soin de son mental

Pratiquer la philosophie bouddhiste c’est prendre soin de son corps et de son esprit. Cela passe par l’exercice physique, qui permet de s’oxygéner et qui est bon pour le système immunitaire. Cela passe également par l’exercice mental : la méditation. Respirer calmement permet d’y parvenir. Lors de cette phase, se poser des questions sur son comportement afin de le rectifier est un exercice essentiel. 10 minutes par jour suffisent.

Cette façon de s’oxygéner est d’ailleurs valable pour la vie de tous les jours, et pas seulement en entreprise.

3. Impermanence ou prise de recul

Le Bouddhisme considère que rien ne dure et que toute chose suit un cycle immuable avant de disparaître ou de se transformer.

En entreprise, c’est s’appliquer à «améliorer les choses en prenant les devants face à leur évolution inéluctable». Il faut apprendre à prendre conscience du temps en profitant de chaque moment. Plus facile à dire qu’à faire ? Penser une fois dans sa journée «J’ai la chance de … » en trouvant ce qui nous fait plaisir suffit. Savoir prendre du recul est vital en entreprise.

4. Voie du milieu

Pour chaque situation, il ne faut pas partir vers les extrêmes : une chose ne doit ni être merveilleuse, ni catastrophique. Rester objectif est nécessaire : «ce serait encore mieux si»/ «ce serait mieux de». Il faut veiller à un équilibre, ni trop d’enthousiasme ni de défaitisme.

5. Un état d’esprit bienveillant

La citation « La liberté de chacun s’arrête là où commence celle d’autrui» exprime cette idée d’altruisme.

Nuire à autrui n’apporte rien. Critiquer négativement le dossier d’un collègue n’est pas la bonne solution. Voir ce qui est positif et l’améliorer ensemble est une meilleure alternative.

Être bienveillant est essentiel dans une entreprise. C’est ce qui permet de garder un esprit d’équipe fort. Dans le cas d’une mauvais ambiance, l’esprit d’équipe se délétère. Or, c’est ce qui fait la force d’une entreprise.

 

Sources :

LEntreprise.fr

Ouvrage « Petit traité de sagesse bouddhiste à l’usage des occidentaux », Jouvence Editions, mars 2011.

Management Magazine, Septembre 2013

Matthieu Ricard, Prise de parole Du business et du sens

 

2 thoughts on “La philosophie bouddhiste, source d’inspiration pour l’entreprise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *