Interview métier : Manager de restaurant

interview métierCe mois-ci, Gabrielle Marionneau Conseil a interviewé Eva, Manager de restaurant depuis 1 an et 3 mois.

 

Gabrielle Marionneau Conseil : Expliquez-moi votre métier de « Manager de restaurant » en quelques mots.

Eva : Le métier de Manager de restaurant c’est avant tout du management. C’est-à-dire travailler en équipe et la former. C’est également avoir de l’intérêt pour le client et une rigueur dans son travail.

Il faut aimer ce que l’on vend pour donner à son équipe l’envie de vendre également.

GMC : Comment êtes-vous devenue « Manager de restaurant» ?

E. : J’ai toujours voulu travailler dans la restauration. J’ai fait les études qu’il fallait pour y arriver. J’ai d’abord fait un DUT Gestion des Entreprises et des Administrations, puis l’Ecole Supérieure Internationale de Savignac, option management de l’hôtellerie restauration.

J’ai été adjointe pendant un certain temps avant de passer responsable et aujourd’hui, je suis responsable d’un restaurant.

GMC : Qu’est-ce qui vous a attirée au départ pour faire ce métier ?

E. : Ce qui m’a attirée, c’est l’atmosphère qui n’existe que dans cette activité. Je trouve que la restauration est plus enrichissante que la vente de vêtement, par exemple. La restauration a une dimension « loisir » en plus.

L’approche clientèle me motive. Manager ses équipes me plaît également puisque l’on a plus de responsabilité.

GMC : Racontez-nous la journée type d’un « Manager de restaurant

E. : La journée type dépend de l’enseigne pour laquelle on travaille et de la taille du restaurant. Ma journée type c’est commencer entre 9h30 et 10h. J’accueille mon équipe, j’ai également un rôle de surveillance quant au planning de chacun. On fait une réunion d’équipe. Ensuite on prépare le service de midi. C’est-à-dire, faire le ménage, préparer l’accueil de la clientèle etc.

 11h30-12h, c’est l’arrivée la clientèle, le service du midi commence. Vers 13h30, le flux de clientèle se calme. Je m’occupe de l’état des stocks et on refait le ménage.

À 15h, le restaurant ferme. Je m’occupe de passer les commandes et de faire un point sur  l’administratif.

À 18h, on prépare le service du soir pour 19h jusqu’à 21h. Entre 21h et 23h, en tant que manager, je dois m’occuper du chiffre de la journée.

GMC : Quels aspects de votre métier vous plaisent le plus ?

E. : Ce qui me plaît le plus, c’est de participer physiquement à une activité qui me plaît. J’aime le travail en équipe, le secteur de la restauration. J’ai la sensation de faire partie de l’histoire.

Au niveau du rythme, mes journées sont un peu toujours les mêmes, mais travailler avec les équipes sur le terrain les rend potentiellement différentes entre elles.

GMC : Comment voyez-vous le métier de « Manager de restaurant» dans 10 ans ?

E. « Je pense qu’il change déjà. 2 visions de la restauration cohabitent. Il y a les personnes entre 40 et 50 ans, qui ont acquis leur expérience sur le terrain et il y a les personnes ayant fait des études, comme moi, et qui ont accédé plus rapidement à des postes à responsabilité grâce à leur formation en apprentissage.

C’est une cohabitation délicate de tous les jours. On nous reproche souvent notre manque d’expérience. Mais si on en est là aujourd’hui, c’est que nous avons fait nos preuves sur le terrain.

Mais je pense qu’il va y avoir un renouveau d’ici quelques années, une nouvelle façon de voir les choses.

La restauration était un secteur très traditionnel, mais avec les franchises qui se développent de plus en plus, il y a de nouveaux concepts ultra marketés.

Ce sont à la fois les personnes et la restauration qui changent.

GMC : Avez-vous un souvenir, une anecdote qui vous est arrivé un jour de travail et dont vous vous souvenez encore ?

E. : Ce qui m’a le plus marquée et qui continue de me marquer, c’est le manque de considération quant à la restauration.

Un jour, j’étais en caisse et un client m’a demandée de faire une opération d’encaissement impossible à réaliser. J’ai essayé et dû recommencer plusieurs fois au point que c’était embrouillé. Et il m’a dit : « Bah quoi, vous n’avez pas fait assez d’études pour savoir compter ?! ». Ça m’a marquée cette histoire, surtout que j’étais responsable. La restauration n’est pas un métier que l’on fait par défaut, certaines personnes le font parce que c’est un métier qui leur plaît. Il est temps que la clientèle s’en rende compte, mais c’est en train de changer.

GMC : « Quels conseils donneriez-vous à une personne qui voudrait devenir « Manager de restaurant» ?

E. : Je donnerais comme conseil de bien réfléchir à tout ce que ce métier implique. J’ai dû moi-même m’y adapter car cela implique un style de vie en décalé. Après, selon les personnes, on aime ou on n’aime pas. Le décalage est difficile, on n’a pas le même rythme que les autres.

Lorsque l’on choisit ce métier, il ne faut pas le voir comme une activité saisonnière. Il faut se projeter dans le métier quant à la vie qu’on envisage.

Je conseillerais également d’être honnête dans sa démarche. Travailler en restauration, ce n’est pas toujours amusant. C’est un métier, il ne faut pas avoir uniquement l’aspect récréatif en tête. Je compte travailler dans la restauration, mais pas dans un restaurant toute ma vie.

J’ai fait quelques entreprises maintenant et je conseille de choisir l’entreprise dans laquelle on va travailler. C’est un travail qui demande beaucoup d’heures. Il faut avoir envie de venir travailler pour cette entreprise et avoir envie de la vendre.  Et si on n’est pas en accord avec sa façon de penser, ça peut poser des problèmes de conscience.

Dans la limite du raisonnable, il faut choisir son entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *