Interview métier : Directeur Adjoint de Boutique

interview métierCe mois-ci, Gabrielle Marionneau Conseil a interviewé  Kevin, Directeur Adjoint de Boutique depuis 7 mois .


Gabrielle Marionneau Conseil : Pouvez-vous m’expliquer votre métier de «Directeur Adjoint de Boutique» en quelques mots.

Kévin : En quelques mots, être Directeur Adjoint de Boutique, c’est encadrer une équipe et gérer un magasin. Je fais le lien entre ce qui se passe en amont et le magasin, afin d’atteindre les objectifs fixés.

GMC : Comment êtes-vous devenu «Directeur Adjoint de Boutique» ?

K. J’ai été Chef de Département dans une grande enseigne de prêt-à-porter. Je suis passé ensuite Chef de Département confirmé et j’ai voulu évoluer. Mais dans l’enseigne dans laquelle je travaillais, il n’y avait pas de possibilité d’évolution immédiate. J’ai donc postulé à un poste de Directeur Adjoint.

GMC : Qu’est-ce qui vous a attiré au départ pour faire ce métier ?

K. Ce qui m’a attiré, c’est tout simplement le management et le développement d’une équipe.

J’ai été Chef de Département confirmé, je connaissais cet aspect du métier, c’était la suite logique. Être Chef de Département confirmé, c’est presque équivalent à un poste d’Adjoint.

Je voulais devenir Directeur Adjoint pour pouvoir encadrer et faire évoluer une équipe. La finalité  pour moi, c’est ensuite, de devenir Responsable de Boutique.

Combien de temps cela prend pour passer Responsable ? Ça dépend de chacun, de ses aptitudes et de l’enseigne. Il faut l’envisager quand on est prêt, sans se précipiter et sans utiliser de subterfuges (rires).

GMC : Racontez-nous votre journée type…

K. Ma journée type si je synthétise, c’est de faire le tour de la boutique le matin en arrivant, de prendre connaissance des informations de la veille en prenant en compte ce qui a été convenu en amont.

Une fois cela effectué, il faut dégager 3 projets maximum sur lesquels va s’articuler la journée, selon les priorités.

Il y a aussi la gestion d’équipe à organiser en parallèle : pauses déjeuner etc.

GMC : Pouvez-vous me donner un exemple de projet dont vous parlez plus haut ?

K. Oui bien sûr ! Un projet de ce type, ce sera par exemple l’installation de la nouvelle collection, avec tout ce que ça engendre. Quand va-t-on l’installer ? Aujourd’hui ? Comment ? Et tout ça dépend de l’organisation de la journée. L’important dans ses prises de décision, c’est d’être judicieux.

GMC : Quels aspects de votre métier vous plaisent le plus ?

K. Encore une fois, ce qui me plaît le plus, c’est de développer mon équipe, de mettre en place des actions. J’apprécie aussi le fait de pouvoir la faire évoluer, en la faisant monter en puissance.

GMC : Comment voyez-vous le métier de «Directeur Adjoint de Boutique» dans 10 ans ?

K. Je pense que ce sera un métier qui sera toujours nécessaire.

Un Directeur Adjoint peut apporter des choses en donnant son avis. Sa façon de voir les choses vient en complément de celle du Responsable.

 

GMC : Avez-vous un souvenir, une anecdote qui vous est arrivé un jour de travail et dont vous vous souvenez encore ? 

K. Oui, je pense à une anecdote en particulier, je ne sais pas si elle est positive ou négative, ce sera à vous de juger.

Un samedi de soldes, le Responsable des Magasins France (le Directeur Retail) avait fait le déplacement dans le magasin dans lequel je travaille. Sur place, il y avait donc lui, le N+2 de ma Directrice et la Directrice, ma N+1.

Tout se passait bien, puis du monde est arrivé. J’ai dû prendre la caisse suivant les indications de ma Directrice. Et là, le Directeur Retail vient me voir et me dit qu’il ne veut pas d’Adjoint en caisse et qu’il me veut sur le terrain.

Là, je suis pris entre 2 feux… Qu’est-ce que je fais ? Je suis les indications de mon N+3 ou de ma N+1 ? Sur le coup, je quitte la caisse, je retourne en magasin. Ma Directrice vient me voir et me dit de retourner en caisse, comme elle me l’avait demandé quelques instants plus tôt. Je lui explique que j’ai suivi ce que m’a dit le Directeur Retail. Ils ont fini par régler ça entre eux 2.

Cette anecdote montre bien qu’il est difficile de se retrouver entre 2 feux, ce qui arrive assez souvent en tant qu’Adjoint.

GMC : « Quels conseils donneriez-vous à une personne qui voudrait devenir «Directeur Adjoint» ?

K. Je lui dirais de s’accrocher, d’y croire et d’investir tout ce qu’il faut pour y arriver.

Je conseillerais également d’avoir une bonne maîtrise de soi car ce métier fait qu’on est entre 2 feux. On doit être proche de son équipe, bien s’entendre avec elle tout en la dirigeant. Il faut aussi faire le lien avec son Responsable.

Il faut savoir aussi faire preuve de courage, car c’est un métier sous pression qui nécessite de s’investir à fond.

 

One thought on “Interview métier : Directeur Adjoint de Boutique

  1. Jaem,

    Directeur Adjoint sera  » sûre  » la prochaine étape, en tous cas les compétences et l’état d’esprit se ressentent.
    Bonne avancée Kevin!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *