Interview métier : Coordinateur Réseau Chocolaterie/ Pâtisserie de Luxe

interview métierCe mois-ci, Gabrielle Marionneau Conseil a interviewé Nicolas, Coordinateur Réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe depuis 1 an et demi.

Gabrielle Marionneau Conseil : Pouvez-vous m’expliquer votre métier de «Coordinateur Réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe» en quelques mots.

Nicolas : « En quelques mots, disons que c’est un métier de partage. On partage avec les équipes les bonnes pratiques, afin de mettre en place des plans d’actions, de trouver des solutions aux problématiques que ce soit en termes de commande, de rotation de stock, de personnel, management, marketing.  C’est une poste de soutien pour les magasins en place afin de les aider à analyser leur activité.»

GMC : Comment êtes-vous devenu « Coordinateur réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe » ?

N. «J’ai été Responsable de Magasin pour une Grande Maison de Chocolaterie Pâtisserie  de Luxe. Suite à de bonnes performances, j’ai accédé au poste supérieur qui était Coordinateur Réseau.»

GMC : Qu’est-ce qui vous a attiré au départ pour faire ce métier ?

N. «Le travail en équipe, l’envie d’apprendre et de partager des nouvelles choses. Aider les gens à réussir. Offrir aux clients le produit correspondant le mieux à leurs besoins ainsi que le meilleur service possible.

J’apprécie aussi de faire évoluer mes équipes à des postes supérieurs grâce à la formation.»

GMC : Racontez-nous la journée type d’un « Coordinateur réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe »

N. «Je visite chaque semaine les différentes boutiques pour rencontrer les responsables de magasin afin de faire une analyse de l’activité de la semaine précédente. De là, on voit ce qui c’est bien passé et ce qu’il faut améliorer. On aboutit à une analyse plus lucide de la situation. J’apporte ce regard extérieur qui permet de trouver des solutions.»

GMC : Quels aspects de votre métier vous plaisent le plus ?

N. «Dans mon métier de coordinateur, tout me plaît : tout est complémentaire et le but ultime est la performance. C’est-à-dire réaliser les objectifs posés par l’entreprise et ses objectifs personnels : faire évoluer un équipier, apprendre de nouvelles choses etc.»

GMC : Que signifie être « Coordinateur réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe » pour une Grande Maison ? Qu’est-ce qui diffère en termes de management ?

N. «Pour moi ça veut dire partager des valeurs et les faire partager à ses clients. Leur faire vivre, tant en termes gustatifs qu’en termes  de service, une véritable expérience de vente. C’est également de la pédagogie, en leur expliquant comment déguster de façon optimale le produit qu’ils viennent d’acheter. C’est le partage d’une passion.

Dans une Grande Maison de Luxe, on est formé sur les produits lors d’un atelier de dégustation qui nous explique pourquoi tel produit a été créé etc. C’est le moment de s’informer. Ces ateliers sont aussi organisés afin que le discours des vendeurs soit uniforme dans tous les magasins.»

GMC : Comment voyez-vous le métier de « Coordinateur réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe » dans 10 ans ?

N. «C’est un métier qui, je pense, va connaître des changements du fait d’une nouvelle clientèle. En France, en magasin, on voit de plus en plus une clientèle étrangère. Cela a pour conséquence une montée en gamme. Il y a encore 10 ans, on n’entendait pas parler de pâtisserie de luxe et haut-de-gamme. Il y a eu un gros travail qui a été fait. Les Grandes Maisons se sont affranchies des codes et ont eu de nouvelles idées.

Il y a eu un changement total. Même les boîtes de gâteaux sont maintenant comme des joyaux ou des écrins et mettent en valeur le produit. Des codes liés au Luxe se sont imposés. Et tant mieux, car ce n’était ni très beau ni très bon avant.

Maintenant, c’est beaucoup plus créatif à la fois en termes de saveur qu’en termes de texture. La Pâtisserie propose aujourd’hui des sensations plus intéressantes qu’avant.

Je pense que cette tendance créative va continuer. La clientèle est demandeuse de nouvelles sensations. Il y a de plus en plus d’émissions en ce moment sur les pâtissiers et les métiers de l’artisanat. On est entré dans une nouvelle ère dans laquelle la Pâtisserie a une image beaucoup plus attractive. Aujourd’hui on n’hésite plus à essayer des choses pour créer de nouvelles saveurs.

C’est ce qui va faire que le métier va perdurer. On va voir des choses que l’on ne voyait pas avant.»

GMC : Avez-vous un souvenir, une anecdote qui vous est arrivé un jour de travail et dont vous vous souvenez encore ? 

N. «Il y en a plein ! Quand j’étais Responsable de Magasin, j’ai ouvert la boutique et je me suis occupé de l’inauguration. Un jour où j’y repassais en tant que Coordinateur réseau,  une cliente dans la file d’attente m’a interpellé dans le magasin et a dit  à tous les clients qui étaient autour, qu’il y a quelques mois elle avait acheté des macarons dans ce magasin et que c’est moi qui l’avait servie. Selon elle, je lui avait tenu un discours qui l’avait fait rêver et enchantée et qui l’avait fait devenir cliente de la marque.

C’est un bon souvenir. Après tout, c’est un métier de plaisir, on est là pour faire plaisir. Ce n’est pas juste de la vente de produits. Il y a un véritable discours derrière : apprendre aux clients aux clients à déguster les produits.»

GMC : « Quels conseils donneriez-vous à une personne qui voudrait devenir « Coordinateur réseau Chocolaterie/Pâtisserie de Luxe » ?

N. «Il faut avoir une passion pour le métier et pour le produit. Il faut aimer apprendre car c’est un métier qui reste relativement dur et qui nécessite le goût du challenge.

Je donnerais également le conseil de s’accrocher, de mettre toutes chances de son côté pour réussir au mieux en maîtrisant bien les produits.»

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *