Critiquer au travail, c’est bon pour l’entreprise?

grincheuxAussi surprenant que cela puisse l’être, une étude a démontré que critiquer au travail était un signe de performance !*

 

42% des entreprises ayant participé à l’étude, un constat a été fait : les salariés les plus critiques de leur société sont ceux qui ont obtenu le meilleur score en termes de performance.

Cependant, il n’est pas forcément aisé pour une entreprise d’agir en conséquence…

Gabrielle Marionneau Conseil vous explique comment gérer cette situation…

 

 

D’après les spécialistes, si un salarié râle, c’est qu’il ne se sent pas reconnu à sa juste valeur. Et pourtant, un salarié râleur serait également un salarié créatif et impliqué. Laurence Bourgeois, auteur de l’ouvrage Eloge de la critique et des jeux de pouvoirs en entreprise conseille même de ne pas voir cette critique  d’un mauvais œil et propose des attitudes à adopter.

 

 

Réagir à la critique

Selon elle, les managers ont tout intérêt à laisser se propager rumeurs et «potins», bénéfiques pour une entreprise, contrairement à ce que l’on pourrait penser.

 

Il serait inutile de chercher à empêcher les critiques de se propager puisqu’elles dénoteraient un intérêt pour le travail. Les experts évoqueraient même une réciprocité entre l’énergie émise pour la critique et celle donnée pour le travail.

 

Paradoxalement, si les salariés les moins performants et appréciant leur entreprise vont l’étiqueter comme une entreprise « où il fait bon vivre », les salariés les plus performants et également râleurs vont véhiculer une mauvaise image de la société.

 

Les managers devraient donc prendre en compte ces critiques et en tirer bénéfice. Laurence Bourgeois conseille aux managers de s’en servir dans l’objectif d’établir un lien social en établissant un dialogue.

 

 

 

Adopter un comportement adéquat

Pourquoi les salariés les plus râleurs sont-ils également les plus compétents ? La raison, avancée par l’étude, serait en réalité assez simple.

 

S’il existe peu de salariés à la fois compétents et satisfaits de leur entreprise, c’est que les employeurs n’adoptent généralement pas le comportement adéquat.

 

Résultat : les salariés râlent ou, à force de ne pas se sentir appréciés à leur juste valeur, quittent l’entreprise.

 

Verdict ? Une entreprise doit veiller à repérer ces bons éléments, râleurs mais compétents, et de faire en sorte qu’ils se sentent valorisés par rapport aux salariés moins compétents mais motivés.

 

 

 

Si cette étude met en avant une corrélation entre critique et performance, elle émet cependant une réserve : un salarié râleur n’est pas automatiquement performant.

 

 

*Etude publiée par Leadership IQ

 

 

Sources

Ouvrage de Laurence Bourgeois, Eloge de la critique et des jeux de pouvoirs en entreprise

Le Monde.fr

Cadremploi.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *