Blog

En pleine Fashion Week, Gabrielle Marionneau Conseil s’intéresse au secteur du Luxe et vous dit tout de ses métiers !

Le Luxe, un secteur d’avenir ?

Haute couture, maroquinerie, joaillerie, parfumerie, arts de la table, hôtellerie, gastronomie… les métiers du luxe concernent l’équipement de la personne, de la maison, les sorties et les voyages. En France, ce secteur d’excellence fait travailler 170 000 personnes. En dépit de quelques signes de ralentissement, le luxe français reste n°1 sur un marché international de plus en plus concurrentiel.

 Selon la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, la région Ile-de-France accueille les 3/4 des entreprises françaises du luxe, les sous-traitants représentant 5 000 entreprises dans la région et 25 % de l’effectif national.

Le luxe est un secteur dynamique qui crée de l’emploi industriel. Depuis 10 ans, les maisons du Comité Colbert ont ouvert 22 sites de production en France (Dalloyau, Hermès, Lenôtre, Longchamp, Louis Vuitton…). Près de 50 % de leurs effectifs sont en moyenne consacrés à la production.

Les marques du luxe sont tentées par l’externalisation de leur production, voire leur délocalisation vers les pays émergents, à la fois pour réduire leurs coûts, accroître leur production et pallier le manque de main d’oeuvre locale.

Aux côtés des groupes internationaux qui recrutent le plus, 38 000 entreprises artisanales assurent une production d’excellence mais leur survie est parfois fragile. La majorité des emplois dans le domaine de l’artisanat de luxe concerne le travail du textile, des bijoux et du bois. Les techniques de création sont héritées de la tradition et la fabrication demeure en nombre limité.

Les marques du luxe doivent par ailleurs lutter contre la contrefaçon qui sévit à l’échelle planétaire.

En France, deux groupes leader se partagent le marché du luxe : LVMH (Louis Vuitton, Moët Hennessy et plus de 50 autres marques : Dior, Céline, Kenzo, Givenchy, Fendi, Tag Heur, Chaumet, Sephora…) qui est le n°1 mondial et PPR (Pinault Printemps Redoute avec Gucci, Yves Saint Laurent, Balenciaga, Boucheron…).

Des métiers diversifiés :

Paris, capitale internationale de la mode
Plus de 100 défilés se déroulent chaque année à Paris. Ces périodes de grande effervescence regroupent des créateurs du monde entier. Pas moins de 2 000 rédacteurs de mode assurent la couverture médiatique de ces défilés qui font travailler des centaines de couturiers, retoucheurs, mannequins, bookers, organisateurs, photographes, coiffeurs et maquilleurs, etc.

 

Quelques métiers de la vente, du marketing et du management du luxe

 L’industrie française du luxe occupe une place de 1er plan dans l’économie mondiale. Les marques s’y livrent une compétition féroce : elles doivent être reconnues, innover, conquérir de nouveaux marchés. Les jeunes diplômés en management doivent maîtriser les applications spécifiques du marketing à la conception, la communication et la distribution internationales des produits de luxe.

 Responsable Marketing :

 Le responsable marketing est chargé de définir les grandes lignes de la stratégie commerciale d’une entreprise ou d’un de ses services. Il réalise des analyses marketing très poussées, en recueillant des informations sur le marché et la concurrence et en tenant compte des besoins et des attentes du client.

Ce métier demande une bonne résistance au stress. Très proche des dirigeants, le responsable marketing joue un rôle primordial pour la bonne santé de l’entreprise : ses résultats doivent toujours être plus performants ! Il doit aussi avoir le sens de l’observation et être doté d’une bonne culture générale.

Pour accéder à ce métier, vous devez maîtriser la langue anglaise afin de pouvoir effectuer des recherches sur la concurrence étrangère. Un diplôme de niveau bac + 5 est indispensable. Deux filières vous sont offertes : les écoles de commerce ou l’université.

Un diplôme de niveau bac + 5 est indispensable pour exercer cette profession. Deux filières sont possibles : les écoles de commerce ou l’université.

Les grandes écoles de commerce les plus connues des recruteurs (l’ESSEC business school, HEC Paris, l’ESCP Europe, etc.) recrutent sur concours communs, principalement après 2 ans de classe prépa. La grande majorité propose une spécialisation en marketing.

A l’université, vous trouvez de nombreux diplômes dans les domaines du marketing, notamment le master pro spécialité marketing, publicité et communication du CELSA (Paris-Sorbonne), mention marketing et vente spécialité marketing-chef de produits (Paris est Créteil Val de Marne), mention management spécialité marketing (Panthéon Sorbonne), etc.

Après un bac + 5, vous pouvez compléter sa formation, en 1 an, par un mastère spécialisé tel le mastère spécialisé en marketing et communication de l’ESCP Europe.

Les entreprises de tous les secteurs d’activité recrutent des responsables marketing : communication, publicité, agroalimentaire, assurances et banques, cosmétique et esthétique, etc. Il existe des entreprises spécialisées dans le marketing. Elles recrutent des chargés de projet, des responsables et des directeurs marketing. Le responsable marketing définit des stratégies commerciales et met en place des actions de communication ou commerciales. Après plusieurs années d’expérience, il peut accéder au poste de directeur marketing, responsable d’une équipe dédiée au marketing.

 

Chef de Produit :

 Intermédiaire entre la conception, la fabrication et le service commercial d’une entreprise, le chef de produit doit déterminer une stratégie marketing de lancement sur le marché et une démarche publicitaire. Il doit aussi suivre la fabrication et la commercialisation du produit.

Ce métier nécessite du dynamisme, une bonne résistance au stress, le sens de l’organisation, de la créativité et une force de conviction.

Pour devenir chef de produit, vous devez envisager un diplôme de niveau bac + 5 (écoles ou universités). Avec un BTS management des unités commerciales (MUC), vous pouvez toutefois démarrer en tant qu’assistant chef de produit. Plus ciblées, les licences en économie et gestion (bac + 3) vous permettent une poursuite d’études en masters (bac + 5) spécifiquement orientée vers le marketing : commerce et e-marketing, commerce international et marketing, marketing des produits de l’enfant, ingénierie marketing, etc. A titre d’exemple, vous pouvez préparer l’un des masters professionnels suivants : master pro mention sciences de gestion spécialité marketing opérationnel et international (Paris X) ; mention marketing (Paris I) ; mention marketing et stratégie spécialité marketing (Paris-Dauphine).

Très prisées, les grandes écoles de commerce (HEC Paris, ESCP Europe business school, ESSEC, EDHEC…) vous proposent des spécialisations en marketing. Vous devez compter, en général, 5 ans d’études après le bac, comprenant la préparation d’un concours d’entrée sélectif (2 ans), les études théoriques et les stages en entreprise.

Après un bac + 5, il vous est possible de préparer un mastère spécialisé en marketing dans une grande école de commerce (MS marketing et communication proposé à l’ESCP Europe business school).

Toutes les industries produisant des biens de consommation embauchent des chefs de produit pour leur service marketing : cosmétique, agroalimentaire, habillement, mobilier et décoration, etc. Les chefs de produits peuvent aussi travailler pour la centrale d’achat d’une chaîne d’hypermarchés ou pour un grand magasin. Leur métier s’apparente alors à celui des acheteurs, puisqu’ils ne créent pas de nouveaux produits, mais choisissent, chez les fabricants, ceux qui seront proposés dans les magasins. Les débuts dans le métier se font en général en tant qu’assistant chef de produit (réalisation d’études et suivi de ses dossiers).

Après quelques années de pratique, il est possible d’accéder au poste de chef de produit, puis de chef de groupe de produits. Enfin un chef de produit très expérimenté peut prendre en charge la direction du service marketing d’une société.

 

La vente en PAP et Accessoires de Luxe :

Le vendeur en prêt-à-porter et accessoires de luxe propose des produits prestigieux à une clientèle aisée, souvent internationale et au fort pouvoir d’achat. Il accueille les clients, les conseille et les aide à faire leur choix. Il enregistre les paiements et gère les détaxes. Il s’assure au quotidien que tout est en place pour accueillir la clientèle.

Il est aussi capable d’anticiper les besoins des clients, de mémoriser leurs habitudes, autant d’informations utiles pour le responsable du point de vente (mise à jour du fichier clientèle). Il participe à la vie de la boutique et est intéressé à son chiffre d’affaires.

Ce métier exige une excellente élocution et une présentation soignée, sobre et élégante. Il s’adresse à des personnes avant tout dynamiques et motivées.

Pour réussir dans ce métier, vous devez avoir une bonne culture générale et au minimum la maîtrise de l’anglais. La connaissance d’autres langues telles que le russe, l’arabe, le chinois ou le japonais est vivement appréciée. Côté formation, un bac + 2 minimum dans le domaine du commerce est un plus.

Les maisons de couture, les boutiques de prêt-à-porter et d’accessoires de luxe recherchent régulièrement ce type de profil pour renforcer leur force de vente.

Retrouvez d’autres informations clés sur

http://www.industrie.gouv.fr/portail/secteurs/luxe/enjeux.php

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/agroalimentaire-biens-de-consommation-luxe/20121106trib000729259/le-secteur-du-luxe-se-joue-de-la-crise-mais-des-defis-se-profilent.html

 

4 thoughts on “Blog

  1. Pingback: Graphologie et autres techniques hasardeuses du recrutement… - L'RH de Noé

  2. Pingback: Le télétravail, un atout pour l’employeur et pour le salarié ? - L'RH de Noé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *